Opéra de Rennes : retour sur la saison 2013-2014

J’ai assisté dimanche au dernier opéra de la saison 2013-2014 de l’Opéra de Rennes.

IMG_20140601_160154Si le livret musical était parfait et très bien interprété, je n’ai pas été conquise par les chanteurs et surtout par la mise en scène : très lourde et prévue uniquement pour les spectateurs de face : un nombre incroyable d’angles mort ont fait de cet opéra un exercice de contorsion…

Il y aurait beaucoup de choses à reprocher à cette mise en scène : pourquoi du topless ? Sincèrement pourquoi ? C’est un opéra (l’institution, le lieu, le spectacle !) pas un peep-show ! Le suggéré et le bon goût ne semblent pas convenir au metteur au scène. Il faut du réel. Faire plus vrai que vrai sans doute. Toutefois le personnage principal, Rigoletto, est un bossu : l’acteur se tient droit comme un piquet et ne laisse suggéré qu’il est un bossu que par le livret. Comme quoi, on ne veut faire vrai que sur certains aspects. Il serait sans doute appréciable que les metteurs en scène puissent expliquer et surtout est des comptes à rendre au public.

*

*        *

Cette saison, j’ai été très souvent laissé sur ma faim :

Le Pomme d’Api et Une Education Manquée étaient légers, mais trop justement : deux micro-opérettes…

Fortunio était une aberration, au point d’être parti à l’entracte : c’est la première fois que cela m’arrive, mais les chanteurs n’étaient pas fabuleux, le livret tant musical que chanté relevait plus de la comédie musicale que de l’opéra. La mise en scène très lourde rendait l’ensemble indigeste.

De même que Il Re Pastore. L’autre grande blague de l’année : j’adorerais pouvoir m’entretenir avec le metteur en scène afin que celui-ci puisse justifier l’existence d’un iPhone géant sur scène faisant apparaître un feu de cheminée lorsque le livret fait mention d’un feu ou un vol de colombe à la mention de colombe. Véridique ! C’était surréaliste de mauvais goût !

Heureusement, il y a eu la très bonne surprise du Nouvel An : ce n’était pas un opéra mais une Revue de Music-Hall : la Revue des Ambassadeurs, interprétée par des chanteurs de Broadway, avec exercice de claquette intégré ! La Revue était pleine d’entrain, de bonne humeur, de légèreté et de paillettes. Un univers acidulé des années 20’s mêlant les deux mondes de chaque côté de l’Atlantique : la France et les Etats-Unis. Un charme loin d’être désuet où les pas de charleston suivent les notes d’un déchirant « C’est mon homme« .

Orlando, de Haendel était aussi un très bon souvenir, même si le rideau de bambou m’a passablement agacée…

Bref, cette saison n’a pas eu la qualité que je lui connaissais les années précédentes… Espérons que la saison prochaine soit un meilleur crû !

La première photo est de moi, les autres sont de la page Facebook de l’Opéra de Rennes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s